Fédération Hospitalière de France Pays de la Loire

Toute l'actualité

Signature de la Charte Romain Jacob en Pays de la Loire

La rencontre régionale sur l’accès aux soins des personnes en situation de handicap qui s’est tenue jeudi 2 juin à Carquefou a mobilisé près de 250 acteurs de la santé, du secteur médico-social des Pays de la Loire. 49 d’entre eux ont pu signer la Charte Romain Jacob et d’autres signatures de la Charte suivront dans les prochaines semaines.

photo officielle Charte Romain Jacob PDL_bandeau
La rencontre régionale sur l’accès aux soins des personnes en situation de handicap qui s’est tenue jeudi 2 juin à Carquefou a mobilisé près de 250 acteurs de la santé, du secteur médico-social des Pays de la Loire. 49 d’entre eux ont pu signer la charte Romain Jacob et d’autres signatures de la charte suivront dans les prochaines semaines.
 
Parmi les nombreuses interventions de la rencontre, qui témoignent du fort engagement des acteurs pour garantir un égal accès aux soins pour tous, on peut citer :
 
Cécile Courrèges, Directrice générale de l’ARS Pays de la Loire :
« C’était notre volonté que ce ne soit pas simplement un événement ou une déclaration d’intention, mais on a voulu donner dans cette région du sens, du concret à notre signature et à nos engagements collectifs, à travers ce plan régional qui accompagne la signature de la charte Romain Jacob. C’est un aboutissement de plusieurs mois de travail collaboratif avec les partenaires, mais c’est aussi un début, le début de mise en œuvre de ce plan régional, même si en pratique, il a déjà commencé à être mis en œuvre. »
 
Dr Denis Leguay, Président de la CRSA Pays de la Loire :
« L’accès aux soins des personnes en situation de handicap est une question qui vient interpeller l’éthique de notre société. La réalité vécue par beaucoup d’usagers et leur famille, c’est un désavantage, une injustice, une double peine, qui représente une somme de souffrances qu’on n’a plus le droit d’ignorer. Mais dire cela ne suffit pas. Cette inéquité, cette souffrance, c’est aussi une perte objective et concrète de qualité de vie et d’espérance de vie, qui a des facteurs bien précis. »
 
Monsieur Pascal Jacob, Président de l’association Handidactique :
« Alors, je me suis tout de suite rendu compte qu’en effet, il y avait la personne handicapée qui souffrait de ça, mais bien au-delà, il y avait tous les acteurs du métier qui souffraient aussi de ne pas avoir été préparés pour ça. Et ça, c’est essentiel. Et là, on s’est dit, qu’ils soient médecins généralistes, infirmières, aides à domicile, médecins hospitaliers, infirmières ou médecin de médico-social, on a tous autour de la table compris que ce n’était pas un d’entre eux qui allait réussir l’accès aux soins, mais tout le monde en même temps. »

TELECHARGER :
Retour aux actualités